Category Archives: Technology

A Store for Sharing Technology and ‘Shopping’ for Innovation

GE’s DNA as a global company and industry leader is something that employees frequently cite as one of the factors attracting them to GE. Often, however, workers get bogged down with projects, not benefiting from the knowledge and research gathered by their colleagues that could be perfectly suited to enhancing their work. GE hopes to remedy this with the development of the GE Store.

GE’s subject matter expertise spans a variety of industries, from healthcare to transportation to oil and gas. Sometimes technologies or research developed by one sector can be applicable to another. For example, a device made to scan pipes for gunk build-up in an oil refinery may also be adaptable for scanning for corrosion in arteries in the healthcare application.

This birthed the idea of the GE Store, an exchange of knowledge, technology and tools across GE that enables the company to leap from industries to drive innovation, performance and outcomes across every business and geography while driving up speed and efficiency. The store is designed to encourage horizontal thinking teams and offers employees the opportunities to take and contribute to the store for the benefit of the over 200,000 employees across the globe.

“When I was in university studying engineering, I would often be given case study problem sets to solve. I would work out the problems and develop my own solutions. I would later meet with a study group who would offer other solutions I realised I’d never even considered,” said Santhosh Pillay, Localisation Leader, GE South  Africa. “This, in essence, is what we hope for the GE Store. People coming together to share new solutions.”

Beyond the sharing of ideas, the GE Store is a great resource for enhancing customer service. Though customers may only interact with a local sales representative, they now have access to the wealth of knowledge and research housed in the GE network.

“Let’s say you’re working on a project in Mozambique. Without the GE Store, you would have to start from the beginning, duplicating processes that have already been developed,” said Jeff Sommer, General Manager, Global Supply Chain, Sub-Saharan Africa, at GE. “With the GE Store, you can see what contracts and projects have been completed for that type of project, and localise them to work in Mozambique.”

The GE Store is further bolstered by the opening of the Africa Innovation Centre in Johannesburg this past June. “The Innovation Centre is a physical manifestation of the GE Store,” continued Jeff. “It has learning and development facilities and the knowledge our staff builds there can be shared globally for GE’s benefit.”

This article first appeared on GE Reports sub-Saharan Africa

Apple Reportedly Testing Bigger Screens For IPhones And IPads

Aiming to tap the popularity of large-screen mobile devices, Apple is reportedly testing bigger screens for its iPhone and iPad. Apple and its Asian suppliers are reportedly exploring the possibility of larger display for iPhone and iPad with a 13-inch screen, according to a Wall Street Journal report, citing people familiar with the company’s suppliers.

Source: RTT News
Source: RTT News

Apple’s latest iPhone 5 has a screen that measures 4 inch, while the iPad with retina display has a 9.7-inch screen. The iPad Mini, the smaller counterpart of iPad, has a 7.9-inch screen.

Apple tests many new designs for its products but only few make it to the market, and there is little clarity if the tested designs for iPhone and iPad will ever reach the market.

Nevertheless, reports of Apple testing iPhone with bigger screens have been doing rounds lately with Reuters in June, reporting Cupertino, California-based Apple has been trying out iPhones with screen size as big as 4.7 to 5.7 inches.

Samsung and HTC have tasted success with its bigger screen devices, like Galaxy S3, Note 2 and HTC One. Apple might be looking to follow their path to attract customers with its own large screen devices. Even though, Apple increased the screen size of iPhone 5 to 4-inches from 3.5-inches, it’s latest offering still remains one of the smallest smartphones on the market, when compared to Galaxy S4’s 5-inch, and HTC One’s 4-7 inch.

Apple is expected to release the next iteration of its iPhone and iPad later this year, some time in September or October.

Polémique sur l’effectivité de la connexion à fibre optique en RDC

tumblr_me99gteswd1qjxurro1_500Droit de réponse sur l’article : « Fibre optique : lancement raté»

L’article intitulé : «Fibre optique: un lancement raté», publié sous le numéro 5876 de votre Journal Le Potentiel paru en date du 15 juillet 2013 contient des contre-vérités et des graves préjugés qui appellent de notre part des mis au point que nous vous prions de bien vouloir publier, dans les meilleurs délais, conformément à la loi n°96-002 du 22 juin 1996 fixant les modalités de l’exercice de la liberté de presse, au titre de droit de réponse.

Il sied de constater d’emblée que l’initiateur de cet article parait être, à n’en point douter, un néophyte en la matière, animé par un esprit négativiste qui cache certaines intentions de ses maîtres à penser et s’est refusé en plus de rechercher la vraie information.

En effet, s’agissant de la capacité du Backbone, il convient de noter que la capacité de conception est de 10 gigabits par seconde et non giga-octets, tandis que la capacité installée est de 3,7 gigabits par seconde. Cette capacité est susceptible de croître en fonction des besoins pour atteindre les 10 gigabits et même les dépasser. Toutes les dispositions sont prises pour ce faire.

Sur le plan technique, s’il existe encore des choses à faire, cela n’affecte en rien la fourniture du haut débit. L’initiateur de l’article n’a qu’à se référer aux opérateurs qui utilisent déjà cette fibre.

En ce qui concerne la pose du câble à fibre optique, nous précisons que des études de faisabilité avaient été faites au préalable et le choix et la pose du type de câble découlent de ces études.

Pour toute information, en matière de pose de câble, la profondeur dépend du type du sol et suivant les normes universellement admises, cette profondeur varie entre 60 centimètres et 120 centimètres. Quant au reste, nous le renvoyons à revoir ses notes de cours.

Autre monstruosité débitée par l’intéressé est que le câble à fibre que nous avons installé est sans gaine. Nous informons l’auteur de cet article qu’il n’existe nulle part de câble à fibre optique sans gaine. Encore une fois, nous le renvoyons à relire ses cours.

En ce qui concerne les inquiétudes sur l’alimentation des stations en énergies électriques, il convient de souligner que toutes nos stations sont dotées de trois (3) sources d’énergies à savoir: l’énergie commerciale fournie par la SNEL, les groupes électrogènes et l’énergie solaire. Les autres difficultés sont générales pour tous les opérateurs et ne peuvent pas amener le doute sur la capacité opérationnelle de nos stations. Il peut arriver des pannes de jeunesse, lesquelles peuvent se produire chez n’importe quel opérateur.

Pour ce qui est de la maintenance, le monitoring du réseau est assuré. La SCPT dispose d’un service de maintenance qui intervient en cas de besoin, suivant le résultat du monitoring. En plus, pour rassurer ses partenaires, la SCPT a signé il y a un mois un accord SLA avec un prestataire de renommée internationale à qui la grande partie des opérateurs en RDC font appel. Il s’agit bien de HUAWEI Technologies.

Pour ce qui est du lien Kinshasa-Brazzaville, il s’agit d’une liaison transfrontalière qui a pour but d’assurer l’interconnexion entre les deux pays la RDC et la République du Congo d’une part et la restauration du système WACS d’autre part. Cette liaison est importante pour les deux pays et ce, à juste titre, pour la continuité du service international en cas de coupure sur la liaison Kinshasa-Muanda ou Kinshasa-Brazzaville.

S’agissant du ring métropolitain de Kinshasa Moanda ou Brazzaville, tous les 22 km de câble prévus ont été installés. Les 90 km concernent un autre projet de i gouvernement.

Contrairement aux allégations sans aucun fondement de l’auteur dudit article, la SCPT est en négociation avec les opérateurs de téléphonie mobile, les grandes entreprises, les fournisseurs d’internet et beaucoup d’autres opérateurs en dehors des frontières nationales.

Depuis la mise en œuvre du projet WACS, la SCPT a toujours honoré ses engagements financiers vis-à-vis du Consortium, il n’y a pas à se faire des soucis outre mesure.

En ce qui concerne le coût du câble, l’auteur de l’article avance des chiffres en faisant des comparaisons sans en indiquer ses sources. Ce qui est vrai, c’est qu’il y a plusieurs paramètres qui entrent en jeu dans le calcul du coût. En vertu de quoi peut-il qualifier la fibre de la RDC de plus chère du continent.

Une autre contre-vérité à relever est que la station d’atterrage de Muanda n’a pas coûté 60 millions de dollars américains et encore moins la contribution de la SCPT dans le WACS. Le coût de la construction de la Station d’atterrage ainsi que la contribution dans le WACS ne dépassent pas 31 millions de dollars américains.

En ce qui concerne la gestion de la fibre, nous tenons à préciser que la SCPT n’est pas à sa première expérience car la gestion de la fibre optique n’est pas différente de la gestion du réseau de transport (Le câble de cuivre, les stations terriennes, faisceaux hertziens …)

A l’instar d’autres pays, ce sont les opérateurs historiques qui gèrent la Station d’atterrage, nous citons Congo Télécom, Namibie Télécom, Cameroun Télécom, Togo télécom etc. Pourquoi la RDC ferait exception.

Un auteur français du nom de Bernard Le Bovier de Fontenelle ( 1657-1757) avait déclaré, nous citons: «Assurons-nous bien du fait, avant de nous inquiéter de la cause. Il est vrai que cette méthode’ est bien lente pour la plupart de gens qui court naturellement à la cause et passe par-dessus du fait, mais enfin nous éviterons le ridicule d’avoir trouvé la cause de ce qui n’est point».

NDLR :

Le droit de réponse est un exercice normal dans la presse. Seulement, il faut le motiver et apporter la démonstration éclairante des faits à contredire. Cet exercice, la SCPT vient de le rater en versant dans la facilité des allégations. En rapport avec la capacité du flux des données, seule la SCPT affirme recevoir 3,7 mégabits par seconde. Quant à la croissance de cette capacité, c’est vendre du vent que de nous inviter à fonder notre confiance sur des « dispositions » qui seraient prises par la SCPT pour ce faire. Expliciter les dispositions en question aurait été édifiant.

Elles sont simplement inexistantes ! De Muanda jusqu’à Kinshasa, le câble pose réellement problème. Dans la technique, la politique de l’autruche ne paie pas. La SCPT en donne elle-même la preuve. Hier, la SCPT a signé un contrat d’interconnexion avec Vodacom-RDC. Plutôt que de se risquer la fibre enfouie sur le trajet Muanda-Kinshasa dont le coût est faible, l’opérateur cellulaire préfère de loin utiliser ses antennes plutôt que le câble déjà défectueux de la SCPT. Vodacom va se connecter directement à la station de Muanda. Il ne paiera que pour 150 mètres en lieu et place de 600 kilomètres. Le manque à gagner se passe de tout commentaire. D’ailleurs, tous les opérateurs vont opter pour le même système, en amenant le signal à Kinshasa par leurs propres antennes GSM.

Aucun opérateur de la RDC n’est connecté à la fibre. Il ne sert à rien d’alléguer le contraire. MTN n’opère pas sur le territoire congolais. Le meilleur éclairage serait de citer les opérateurs déjà connectés à la fibre afin de permettre à quiconque de se renseigner.

Quant à la bourde des études de faisabilité, nous mettons la SCPT au défi de les produire. Alimenter le débat par cette précieuse pièce permettrait à tout un chacun d’identifier la cause de tous ces malheurs actuellement dénoncés, avec le lancement raté de la fibre optique. Le choix de 75 centimètres peut-il se justifier au regard de la longue distance, plus de 600 kilomètres, sur une voie très fréquentée comme la route de Matadi. Coupler avec la grande pluviométrie qui charrie régulièrement d’énormes quantités de terre, le meilleur choix aurait été un enfouissement de plus de 120 centimètres. D’ailleurs, avec le coût appliqué de 75.000 USD, la fibre optique congolaise pouvait être enfouie à deux mètres de profondeur. Ce qui lui aurait offert plus de sécurité. Nous renvoyer aux études, relève de la polémique inutile.

Nous sommes journalistes, donc néophytes en cette matière. Alléguer que la fine gaine qui entoure la fibre optique la protégerait des rongeurs et des intempéries est simplement scandaleux et justifie les inquiétudes des opérateurs. Il faut des tuyaux dans lesquels, et la fibre et sa fine gaine devraient être protégées.

Pourquoi évite-t-on de parler de l’année d’installation des groupes électrogènes au niveau de neuf stations le long du trajet ? Certains sont cannibalisés. L’énergie solaire qui constitue la base sur laquelle la SCPT compte s’appuyer pour développer la capacité et offrir 10 gigabits (!) aux usagers ne convainc personne. Ni même la SCPT elle-même ! Le courant erratique de la SNEL serait-il devenu subitement sûr au point de fonder une politique fiable d’exploitation de la fibre optique ? MTN congo-brazzavillois acquiescerait-il ?

Cerise sur le gâteau, le fournisseur Huawei est également chargé de la maintenance de la ligne. Celui-là même qui a livré le chantier sans une contre-expertise indépendante ne devrait-il pas, préalablement, être audité sur la pose de la fibre avant de prendre la responsabilité de la maintenance ?

Quant aux coûts de la pose des fibres optiques, ils sont disponibles sur internet. La fibre de la RDC est triplement onéreuse. 60 millions USD est un chiffre avancé par le ministre Kin-Kiey Mulumba dans son allocution à Muanda le 08 juillet. D’ailleurs, comparé à la station d’atterrage d’Abuja au Nigeria ou du Congo-Brazzaville (+/-5 millions USD), celle de la RDC a coûté six fois plus. Une dette que nos enfants seront contraints de payer. Il faut boucler la boucle.

La SCPT considère que sa gestion du câble de cuivre et autre faisceaux hertziens est une expérience à rééditer. Dans cette éventualité et dans les mêmes conditions, la fibre optique subira inévitablement le même sort : la misère ! L’expertise de la SCPT n’est pas une référence en la matière. Il est vrai que dans de nombreux pays les opérateurs historiques gèrent la fibre optique. Qu’en est-il de la RSA, le Kenya, la Tanzanie, le Zimbabwe, … qui ont confié la gestion de la fibre à des privés mieux outillés sous l’œil vigilant de l’opérateur public ?

Le Potentiel clôt ce débat inutile. Mais, lorsque l’intérêt supérieur de la nation le dictera, nous n’hésiterons pas à y revenir. Enfin, les téléchargements seraient-ils devenus rapides depuis le 08 juillet 2013 ? Aux usagers de répondre.

 

Source: Le Potentiel

Sprint, IBM want to connect your phone to your car through the cloud

Gigaom

For the last year Sprint(s s) has been assembling a team of impressive technology partners to help build its Velocity connected car platform, but starting Wednesday it’s bringing in a ringer. IBM(s ibm) is working with Sprint to build a suite of cloud-powered services linking the smartphone and automobile together.

Sprint is tapping into a technology called MessageSight emerging from IBM’s new Mobile First strategy. MessageSight functions as a management system for machine-to-machine (M2M) communications, coordinating data from any number of sensors, devices and appliances so they can be used to create interlinked services and applications. In Sprint’s case, it’s using MessageSight to power several telematics apps that can be accessed from a smartphone.

As with other vehicle telematics platform, Velocity can turn a smartphone into a remote control that could, for instance, remotely unlock a car’s doors or start its engine. But IBM and Sprint are building…

View original post 280 more words

{Technology} Apple’s future iPhone may cost as less as $99

75550617MandelaThe next version of the software for the iPhone will be incredibly different than past versions.

Apple has plans to release a lower cost iPhone that will sell for 99 dollars.

The next version of the software for the iPhone will be incredibly different than past versions.

Apple is reportedly looking at iPhones with bigger screens and will be releasing the low cost phone in a range of colors as soon as this year, the ABC News reports.

According to the report, Apple declined to comment on the rumors, but CEO Tim Cook addressed the question of larger screens last month at the All Things D conference.

Cook also said the iPhone doesn’t have a larger screen right now for a few reasons.

He said that a large screen today comes with a lot of tradeoffs, adding that people do look at the size, but they also look at things like if the photos show the proper color, the white balance, reflectivity, battery life, brightness, the longevity of the display.

The phone is made of a plastic casing and will come in five or six different colors.

Besides releasing a cheaper model of the phone, Apple will release the iPhone 5S later this year.

It will be an update with some small additions and tweaks. Apple released the iPhone 5 in September.

 

Source: DNS India

Amazing Auctions Let You Buy iPads and Other Electronics for Under $40

Few things match the thrill of getting an incredible deal on an item we really crave. It’s a basic human response that we all can relate to.

bb93baab318ee084052308b25c6bc21bThat’s why auctions are so much fun – they present the titillating chance of scoring something for a lot less than we would expect. And that leaves us feeling great, because we now have the object of our desire and we have money left in our pocket.

Marketers know this and exploit it all the time –hence the profusion of sales, discounts, coupons, and the like… so much so, in fact, that we become numb to the tactic. People just don’t believe they’re really getting a bargain.

But now there’s a new online company that has actually figured out a way to sell new must-have consumer products for jaw-dropping prices.

It’s called QuiBids – and it turns out that they are selling everything from the latest new Apple iPads and iPods, to MAC and PC notebooks, to HDTV’s and gift cards from the top retailers at prices as low as 5% of regular retail prices.

Now, of course, anyone in their right mind would be skeptical of such a claim – so we looked into it to learn just how they do it.

It turns out that both the prices and the products are real. QuiBids runs a unique version of the traditional auction – when you bid on an item you actually get charged a small fee of about 60 cents. Collectively, the amount collected for all of the bids on an item allows the company to sell the item at a price far below actual retail and even below the wholesale price they paid the manufacturer for it.

Figuring out how many bids to place and when to place them involves a little strategy but on QuiBidsit’s actually a lot of fun. Each auction has a strict time limit and when you place your bid, the system adds a little time to the auction to see if any other bids come in. If you have the winning bid when the clock runs out – you win the item for that price. According to QuiBids CEO Matt Beckham, “Thousands of people are trying QuiBids every day – and then coming back again and again – so we must be doing something right.”

For the auction winner, the true cost of the item is slightly higher than their winning bid price because they have also spent a little for their bids, but this amount is usually modest, and the savings still work out to be spectacular in most cases.

And then there’s the “Buy Now” feature. This allows bidders who did not win an auction to still buy the product they want and apply the cost of the bids they placed as a discount on the regular product price. So, you still get the item and the bids you placed previously in the auction don’t cost you anything.

So, if you want real deals – like a new iPad for under $34, a new Nikon Digital SLR Camera for less than $24 or a new 46” LED HDTV for under $25 – check out the action at QuiBids.

Click here to see what’s for sale right now on QuiBids and just how low it’s going for.

{Technologie} Un câble sous-marin entre la Tunisie et l’Europe

La mise en service du câble est prévue pour le mois de mai 2014, dont la capacité pourra atteindre 16 térabits par seconde pour chacun des opérateurs

00230576-d7561b0d9b33ee38c5aadfc9ec5b4ab9-arc495x324-w495-us1Tunisiana et Orange Tunisie ont cosigné, hier, au siège du ministère des Technologies de l’information et de la communication, un contrat de partenariat avec Interoute, propriétaire de la plus grande plateforme de services Cloud en Europe, pour la mise en service d’un câble sous-marin reliant la ville de Kélibia à la ville italienne de Mazzara Del Vallo, baptisé «Didon». Ce premier câble sous-marin privé, déployé par Alcatel Submarine Networks et France Télécom Marine, s’étendra sur près de 170km de fibre optique et constituera un véritable vecteur de développement social et de croissance économique pour le pays.

La mise en service du câble «Didon» est planifiée pour mai 2014 et sa capacité pourra atteindre 16 térabits par seconde pour chacun des opérateurs.

La signature de cet accord, effectué en présence de M. Mongi Marzouk, ministre des Technologies de l’information et de la communication, les PDG des deux opérateurs tunisiens Tunisiana et Orange, et du représentant de la société Interoute, s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale pour le développement du secteur des TIC qui vise entre autres à fournir aux Tunisiens des accès supplémentaires aux réseaux internationaux à large bande à des tarifs réduits.

Ce câble sous-marin permettra d’offrir la meilleure qualité de service aux abonnés des deux opérateurs tunisiens. Il contribuera, en effet, au perfectionnement des capacités de leurs réseaux internationaux existants et proposera un meilleur débit pour les échanges de données qui ne cessent de croître. L’objectif étant d’offrir plus de capacité et de sécurité aux utilisateurs d’Internet.

Avec cet investissement, Tunisiana et Orange Tunisie démontrent leur volonté d’apporter à tous leurs clients, aussi bien résidentiels qu’à des entreprises, des services de qualité conformes aux standards internationaux avec des coûts maîtrisés. Les deux opérateurs pourront ainsi offrir aux abonnés des capacités substantielles en voix et en data et des opportunités plus larges en termes de connectivité, de partage de données et d’informations avec le reste du monde.

Le représentant de Tunisiana n’a pas manqué de rappeler qu’avec cet important contrat de partenariat, le câble «Didon» fournira le meilleur service à nos adhérents qui sont environ 7 millions. Cet accord de partenariat vient à point nommé promouvoir le potentiel de l’opérateur en tant que hub pour la région.

De son côté, le représentant de Orange Tunisie, M.Didier Charvet, souligne que le projet de déploiement du câble sous-marin «Didon» entre la Tunisie et l’Europe est un projet historique dont pourront profiter tous les citoyens. Les investissements mobilisés pour la concrétsiation de ce projet est une preuve qu’Orange croit au développement du secteur des TIC en Tunisie.

 

Source: Lapresse.tn