Article de BOB BARRY, AFP, REUTERS, DPA

Présidentielle au Zimbabwé – Mugabe réélu avec 61 % des voix

Le président Robert Mugabe, a été proclamé vainqueur dès le premier tour par la commission électorale avec une majorité des deux tiers à l’Assemblée nationale. Des résultats rejetés par l’opposition.

Article de BOB BARRY, AFP, REUTERS, DPA
Article de BOB BARRY, AFP, REUTERS, DPA

Le principal opposant au président Mugabe, Morgan Tsvangirai et son parti du MDC, majoritaire à l’Assemblée depuis 2008, n’ont obtenu que 49 sièges noyés par une marée verte, la couleur présidentielle. Selon les derniers chiffres officiels, le parti au pouvoir, la Zanu-PF, a remporté la victoire même dans les grandes villes comme Bulawayo et Harare où il était pourtant réputé moins soutenu par les électeurs. Pire, l’écart spectaculaire des voix, a fait douter tous les analystes de la vie politique du Zimbabwe. Le MDC a décidé de ne pas participer aux institutions issues de ces élections.

Pas d’appels à manifester

Pour éviter de revivre les violences post-électorales de 2008, le candidat du MDC, Morgan Tsvangirai, a renoncé à appeler à des manifestations. Il dit avoir choisi la voie légale pour contester le résultat des élections, qui se sont tenues dans le calme mais sur la base de listes électorales manipulées, selon le MDC dont l’un des membres a démissionné de la commission électorale avant même la proclamation des résultats.

Morgan Tsvangirai condamne le hold-up électoral

 

Réactions internationales

Washington a dénoncé les résultats en estimant qu’ils n’étaient pas “crédibles”. Le chef de la diplomatie américaine John Kerry a déclaré que “Les Etats-Unis ne pensent pas que les résultats annoncés représentent l’expression crédible de la volonté du peuple zimbabwéen”. Même son de cloche du côté de Bruxelles, l’Union européenne a également exprimé ses inquiétudes vis-à-vis des “irrégularités présumées ainsi que des faiblesses identifiées dans le processus électoral et le manque de transparence”.

L’Union européenne qui a suspendu en début d’année la plupart des sanctions imposées en 2002 et qui ne visent plus que dix personnalités dont M. Mugabe, n’est toujours pas prête à faire des cadeaux au régime de Harare. En revanche plusieurs ministres proches du président Mugabe, ont appelé les Occidentaux à lever leurs sanctions, après ces élections générales qu’ils jugent “démocratiques”.

Pretoria félicite Mugabe

 

Kapstadt Weltwirtschaftsforum

Au lendemain de la publication des résultats, le président sud-africain Jacob Zuma a félicité son homologue zimbabwéen, Robert Mugabe, pour sa réélection. M. Zuma est l’un des rares dirigeants africains à saluer un vote “réussi”. Il a appelé toutes les parties à accepter le résultat des élections. Alors que les adversaires du président Mugabe ne cessent d’accuser Pretoria de fermer les yeux sur le manque de démocratie au Zimbabwe. Quant aux observateurs de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), ils estiment que le scrutin a été libre. Dans son rapport d’observations des élections, la SADC affirme que les élections générales s’étaient déroulé de façon pacifique contrairement à 2008. Les observateurs africains étaient les seuls autorisés à se rendre au Zimbabwe pour la supervision de ces élections générales.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s