vue nord ouest ok

Premières esquisses du Grand musée d’Afrique à Alger

Sur la baie d’Alger, le long de la quatre voie surnommée “la Moutonnière” qui mène du centre ville à l’aéroport, face à la mer, sera édifié le Grand musée d’Afrique. Né en 2005 lors du sommet de l’Union africaine, le projet commence à prendre forme – sur le papier du moins. Les plans d’architecte ont été choisis et le cabinet Readymade/Nadir Tazdaït/Pascale Langrand a remporté le concours.

vue nord ouest okIl s’agira d’un édifice de 15 000 mètres carrés, à Oued el Harrach, dans un quartier en pleine reconstruction, près de la future Grande Mosquée d’Alger. Au bout d’une promenade le long de la mer sera érigé ce bâtiment, au milieu d’un jardin de 14 hectares. Les travaux doivent débuter en juin 2014 avec pour objectif une ouverture en 2016. Coût de l’opération, supporté en totalité par le ministère de la culture algérien : 60 millions d’euros.

“Ce ne sera pas un deuxième Quai Branly”, explique d’emblée le maître d’œuvre, Abdelhalim Seray, directeur général de l’Agence de réalisation des grands projets culturels, organe qui dépend du ministère de la Culture algérien. “Nous ne visons pas de construire un musée d’ethnologie africaine, mais plutôt un lieu où se mêle histoire de l’art et créativité contemporaine”, ajoute-t-il.

 

Ouvert à l’art vivant

Inutile, en effet, de chercher à rivaliser avec les grands musées africains d’Europe : les anciens pays colonisateurs se sont dotés depuis longtemps des plus belles œuvres africaines. Le restant a été disséminé dans le circuit des collectionneurs privés, quand il n’a pas simplement disparu dans le trafic illicite de biens africains.

“Le projet est plus large : les pays africains se sont engagés à fournir des œuvres au musée, et comptent sur l’application de la règle édictée récemment par l’Unesco : tous les objets archéologiques trouvés en Afrique doivent rester en Afrique et sont interdits à la vente. Ces œuvres devraient en partie atterrir dans ce musée”, précise le franco-algérien Nazir Tazdaït, architecte du lieu. Le budget de la collection et du fonctionnement est en cours de négociation.

L’idée est de compter sur les ressources des musées de l’Union africaine pour offrir un lieu où pourront être exposées des œuvres de grande taille – “quand 90% des collections africaines sont de petite taille”, note Nazir Tazdaït. Et pourquoi pas, nouer des partenariats, que ce soit avec le musée du Quai Branly à Paris, qui compte plus de 30 000 pièces exposables, avec les musées de Berlin, de Londres et de New York.

Mais le lieu se voudrait aussi tourné vers le présent : dans les plans d’architecture sont prévus une salle de spectacle et de projection, et des lieux ouverts pour accueillir de la musique et de la danse. Sur le papier donc, le lieu doit vivre, respirer, danser. Le grand musée d’Afrique voit large. Rendez-vous en 2016.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s