{Sports} Mondial 2014 – La RDC éliminée

Pas de Mondial 2014 pour les Léopards. En concédant, le dimanche 16 juin 2013 au stade des Martyrs de Kinshasa, un nul (0-0) face aux Lions Indomptables du Cameroun, ceux-ci leur ont barré la route du Brésil. Avec leurs six points, ils sont hors course. A l’instar des Eperviers du Togo qui en ont quatre. La RDC devra se contenter des matches retransmis à la télé. Et c’était prévisible !

00a3292f4290862a10005c24fd88113fLe désordre organisé au sein de la Fédération congolaise de football association (FECOFA) et l’impréparation de l’équipe nationale illustrée, notamment, par des passes imprécises (une trentaine au moins) et la non-lucidité des joueurs congolais devant les buts adverses, ne sont pas étrangers à l’élimination des Léopards.

En effet, après avoir assumé l’intérim de son président défunt, Kurara Mpova, de 2006 à 2009, le premier vice-président Constant Omari a été élu en 2006 à la présidence de la FECOFA lors de l’assemblée ordinaire et élective tenue à Lubumbashi au Katanga. Depuis lors, il y est et y reste. En 2013, il a été réélu.

Alors que son bilan est négatif, en considérant les résultats enregistrés durant son mandat en ce qui concerne l’équipe nationale senior absente de la phase finale de trois éditions successives de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2008, 2010 et 2012). Il en est de même des équipes nationales U20, U17, version dames et messieurs éliminées précocement par manque de bonne politique de gestion du football.

LA FECOFA, UN BIEN PRIVE ?

Le milieu sportif congolais déplore cette situation et accuse le président de la FECOFA ainsi que toute son équipe d’avoir tout verrouillé, de s’imaginer que la FECOFA est devenue leur privé à eux. En outre, pour le même milieu, les finances et les contrats avec les sponsors et équipementiers demeurent la chasse-gardée de certains membres du comité exécutif de la FECOFA. Où vont les ressources ainsi que les subventions de la Fédération internationale de football association (FIFA) ou de la Confédération africaine de football (CAF) ?

Dans ce cas, le code d’éthique de la FIFA, en son article 3 paragraphe 3, ne serait pas respecté en ce qui concerne les avoirs de la Fédération congolaise de football et les divers contrats qu’elle signe avec les sponsors et autres équipementiers. Pour la FIFA, « il est interdit aux officiels d’abuser de quelque manière que ce soit de leur position dans le cadre de leurs fonctions. Il leur est également interdit de tirer partie de leurs fonctions à des fins privées et d’en tirer un quelconque avantage personnel.

Les ressources et patrimoines, les avoirs de la Fédération autant que les divers contrats doivent être gérés dans la transparence. Car l’argent du football doit être utilisé à son développement rationnel ».

UNE ÉQUIPE TYPE POUR UNE SÉLECTION NATIONALE DE FOOTBALL

On ne serait pas loin de dire que la gabegie financière se porte bien à la FECOFA. Et que le silence des ligues provinciales et nationale est coupable. Alors qu’elles peuvent destituer un comité exécutif de la FECOFA, en tenant informées la CAF et la FIFA.

Quant à l’impréparation, elle est visible à l’œil nu. Même si la FECOFA peut se dédouaner en accusant le gouvernement, mieux le ministère des Finances, de ne pas débloquer l’argent à temps, elle peut puiser d’abord dans sa caisse pour parer au plus pressé. Car le gouvernement arrive toujours à libérer les fonds sollicités. C’est dire qu’elle contribue aussi aux préparations bâclées des équipes nationales de football.

L’entraîneur Claude Leroy n’est pas à épargner également. Les Congolais estiment qu’il fait ce qu’il veut. Une sélection nationale de football doit avoir une équipe type. Ce qui n’est pas le cas pour les Léopards. Il fait venir des professionnels évoluant à l’étranger qui ne donnent rien sur le terrain.

Dont certains arrivent à rejoindre le groupe pratiquement à la veille du match. Des pros qui n’ont fait aucun nom dans leurs championnats respectifs. En témoignent leur médiocre prestation lors des matches comptant pour la Coupe d’Afrique des nations (CAN) et pour les éliminatoires du Mondial 2014 au Brésil.

Dans la plupart des cas, le jeu est pratiquement décousu, avec des passes imprécises qui atterrissent à l’adversaire. Ils n’ont aucun sens du but et pèchent par le manque de cohésion. On a de la peine à croire que ce sont des professionnels. Certains joueurs évoluant au niveau local tirent parfois leur épingle du jeu. Ce tableau illustre à quel point la situation est alarmante au sein des Léopards.

 

Source: Le Potentiel

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s