stellenbosch-hills-biltong-002

{Musique} 21éme festival de jazz de Saint-Louis

Saint-Louis — Le jazz au Sénégal “sera avec Saint-Louis ou ne sera pas”, a déclaré, mercredi, le maire Cheikh Bamba Diéye, estimant que le ministère de la Culture doit s’appuyer sur l’ancienne capitale pour propulser cette musique au devant.

stellenbosch-hills-biltong-002Le maire de Saint-Louis régissait ainsi par rapport à une information selon laquelle une journée nationale du jazz a été organisée récemment à Dakar. Ce qui est vu comme une menace sur l’événement culturel phare de la ville tricentenaire contre laquelle le présentateur du programme Golbert Diagne a fait une violente diatribe.

Dans son discours, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture de la 21-éme édition du Festival international de jazz de Saint-Louis, M. Dièye a dit qu’avant déjà l’aval de l’UNESCO, en 2015, cette journée se tiendra en même temps que le festival de jazz.

“Ce qui fera de Saint-Louis la capitale africaine de la culture”, a expliqué le maire, signalant l’expérience accumulée par l’Association Saint-Louis Jazz dans l’organisation de cet événement.

Cheikh Bamba Dièye a appelé la nouvelle équipe dirigeante à “ne pas faire moins que sa devancière”, avant d’évoquer la place qu’occupe le jazz pour les populations saint-louisiennes.

“L’introduction des thèmes sur les changements climatiques et l’éducation des filles épousent ainsi les préoccupations des Saint-louisiens qui ont droit à un cadre de vie amélioré. Le festival offre un espace pour exprimer ces préoccupations”, a dit le maire.

Le directeur de cabinet du ministre de la Culture, Mactar Diop, a apaisé les craintes des Saint-louisiens, en précisant d’emblée que “la journée du jazz est célébrée au plan international et cette année le Sénégal ne voulant pas être en reste l’a organisée à Dakar”.

Cependant, a-t-il relevé, “Saint-Louis reste la capitale du jazz au Sénégal où n’existe aucune volonté de remettre en cause ce fait”. “Saint-Louis a fini d’être un point d’ancrage du jazz et le festival est l’un des événements les plus significatifs de l’agenda culturel national”, a encore déclaré M. Diop.

Il a loué les valeurs hospitalières de la ville et des populations de Saint-Louis et émis le souhait qu’au-delà du coté festif cet événement serve de lieu pour contribuer au développement du pays.

Il s’est félicité de l’introduction du thème des changements climatiques et d’autres événements connexes pour accompagner le festival.

La directrice nationale de Plan International, Miya Takaki, a expliqué les raisons de la campagne “Parce que je suis une femme” qui entre dans le souci d’intégrer les femmes dans toutes les activités à commencer par l’éducation.

Quant au président de Saint-Louis jazz, Me Ibrahima Diop, il est revenu sur les grands projets de l’association qui compte initier des événements culturels en dehors de ce festival, en relation avec d’autres entités.

“Les soucis de transparence ont aussi guidé dés l’avènement de la nouvelle équipe de procéder à un audit interne”, a rappelé le président de l’association Saint-Louis Jazz qui va être érigée en association d’utilité publique par le ministère de l’Intérieur.

 

Article de : Agence Presse Senegalaise

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s