00190369-591c9260ff8005f163a0e15743236b5d-arc614x376-w614-us1

Prestation de serment d’Uhuru Kenyatta du Kenya

Uhuru Kenyatta est le nouveau président du Kenya, mais aussi un homme qui doit répondre de crimes contre l’humanité devant la Cour pénale internationale. Sa prestation de serment met les occidentaux dans l’embarras.

00190369-591c9260ff8005f163a0e15743236b5d-arc614x376-w614-us1La Cour suprême du Kenya a confirmé l’élection d’Uhuru Kenyatta comme 4è président du pays, le 30 mars dernier.

Sa prestation de serment, sur la même Bible que son prédécesseur de père en 1964, est donc dans l’ordre constitutionnel des choses. A un détail près : l’inculpation d’Uhuru Kenyatta par la CPI, pour sa responsabilité présumée dans les violences postélectorales de 2007-2008 au Kenya. La CPI ne prévoit pas d’impunité, même pour un chef d’Etat en exercice. Uhuru Kenyatta a toutefois assuré qu’il coopèrerait avec la cour.

 

La cérémonie d’investiture comprenait aussi un défilé militaire

 

Des invités de marque

Ses déboires judiciaires n’ont pas empêché une douzaine de ses homologues africains de venir assister à la cérémonie dans le stade de Kasarani, ce matin. Parmi les invités qui ont fait le déplacement, côté francophone, le Gabonais Ali Bongo et le Congolais Joseph Kabila. L’Union européenne et les Etats-Unis n’ont dépêché que des ambassadeurs et ont déjà prévenu qu’ils réduiraient leurs contacts avec le nouveau régime kenyan à « l’essentiel ».

 

Régionalisation et réforme agraire au programme

Par ailleurs, les attentes de la population et la tâche dévolue au nouveau chef de l’Etat kenyan sont grandes. Parmi les promesses du candidat Kenyatta : des réformes politiques de fond. La nouvelle constitution prévoit notamment un renforcement des régions. Peter Oesterdiekhoff, de la Fondation allemande Friedrich Ebert au Kenya :

« La décentralisation a toujours été une priorité des Kenyans dans le cadre de la réforme constitutionnelle. Il y va moins du rôle du parlement ou de la répartition des pouvoirs que de la possibilité accordée à la population de participer au débat public quand il est question de leur région et d’obtenir des moyens pour investir au niveau régional. »

 

Des défis énormes pour apaiser le pays

Une commission spéciale est chargée de réglementer la propriété foncière et l’utilisation des terres, sources de conflits dans le pays. Or la famille Kenyatta fait partie des plus riches propriétaires du pays. Y a-t-il un hiatus entre son statut et la réforme agraire prévue ? Réponse, diplomatique du président de la commission, Mohammed Swazuri :

« Il y a problème s’ils contreviennent aux lois en vigueur. S’ils font fructifier leurs richesses dans le respect de la loi, je ne vois pas de conflit. »

C’est là, que, de l’avis de Peter Oesterdiekhoff, de la Fondation allemande Friedrich Ebert, la procédure en cours à l’encontre d’Uhuru Kenyatta peut se révéler utile : le monde entier suivra sa politique avec la plus grande attention.

 

Source: Deutsche Welle (Bonn)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s