Fumee-blanche-au-Vatican

Un peu de fumée dans le Nuage

Ça y est, nous y sommes. Dans quelques heures Mgr Guido Marini, Maître des célébrations liturgiques pontificales, nous mettra tous à la porte de la Chapelle Sixtine : Extra Omnes ! Tout le monde dehors ! Tous, sauf les 115 cardinaux électeurs ; tous, c’est-à-dire vous, moi, qui suivons heure par heure l’actualité de notre Eglise depuis la renonciation de Benoit XVI dans une instantanéité jamais connue, et rendue possible par la puissance des réseaux sociaux. Telle la Nuée Lumineuse de l’Ancien Testament, le Cloud, « le nuage informatique », est aujourd’hui le lieu de toutes les révélations : c’est de là que se font entendre toutes les voix qui comptent !

Fumee-blanche-au-VaticanAlors quoi ? Tout d’un coup, comme ça, plus de son, plus d’image ? Les 2,5 milliards d’internautes réduits à scruter un peu de fumée dans le « Nuage » ?

Décidemment, penseront certains, l’Eglise est incapable de vivre avec son temps ! Ce sont là des méthodes de communication parfaitement archaïques ! Je vous conseille vivement dans cette veine la savoureuse lecture du billet du journaliste David Abiker, imaginant le déroulement d’un Conclave 2.0. D’autres au contraire crieront au génie marketing ! Dans un monde d’images, la petite fumée de la Chapelle Sixtine est une magistrale leçon de teasing : d’abord l’image incertaine d’une fumée grisâtre, puis le son des lourdes cloches de la Basilique St Pierre, encore 40 mn d’attente pour laisser à chacun le temps de rejoindre l’écran de sa tablette, de son ordinateur ou de sa télévision, et enfin, LE voilà ! Quelle maîtrise du suspens !

Entre ces 2 positions, il y a place pour toutes les nuances. N’hésitez-pas d’ailleurs à partager votre point de vue sur ce blog. Pour ma part, je ne vis pas ce moment de l’extra omnes comme une coupure de réseau, au contraire : je crois que ce temps du silence est un temps nécessaire à la communication, aujourd’hui peut-être plus que jamais. Nous avons aujourd’hui les moyens d’être en interconnexion perpétuelle les uns avec les autres, au risque de ne plus écouter personne. Vivre en réseau ne veut pas dire parler sans cesse. Le silence est la ponctuation nécessaire qui transforme le bruit en mot, le brouhaha en message. Pour occuper ces prochains jours, je vous recommande d’ailleurs la lecture de la belle réflexion de Benoit XVI sur ce thème, l’an dernier.

Puissent ces jours de Conclave nous rendre attentifs et disponibles aux premiers mots de celui qui apparaîtra très bientôt au balcon de la Basilique St Pierre ; puissent-ils le préparer lui-même à être un homme à l’écoute, de Dieu et du monde !

 

Article de: Bruno Valentin

One thought on “Un peu de fumée dans le Nuage”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s