00191885-1b383648c60ec9ee569bf155f49773d6-arc495x324-w495-us1

L’arbitrage, l’autre point noir de la CAN 2013

L’arbitre tunisien, Slim Jedidi qui avait officié lors de Sénégal-Côte d’Ivoire à Dakar, le 13 octobre dernier a encore été mis à l’index par les reporters et les commentateurs du football africain après sa prestation lors de la demi-finale de la CAN 2013 ayant opposé le Burkina Faso au Ghana (1-1, 3TAB2).

00191885-1b383648c60ec9ee569bf155f49773d6-arc495x324-w495-us1Plus que la faute discutable qu’il a sifflée contre les Etalons pour l’ouverture du score ghanéenne, c’est plutôt le penalty refusé à Jonathan Pitroipa dans les prolongations qui a soulevé l’ire des commentateurs.

Dans la première période des prolongations du match Burkina Faso-Ghana, l’arbitre tunisien Slim Jedidi a plutôt vu une simulation de Pitroipa en lieu et place d’une faute du défenseur ghanéen, John Boye.

Pour ce geste, l’attaquant bukinabé a écopé d’un second avertissement synonyme d’exclusion et de suspension pour au moins une rencontre, celle de la finale de dimanche contre le Nigeria, vainqueur du Mali, 4-1.

Mais sur l’ensemble de la partie, les Burkinabés n’ont pas été les seules victimes de l’arbitrage approximatif de M. Jedidi et de ses assistants.

Le défenseur des Etalons, Kéba Paul Coulibaly, auteur d’un marquage rude face à Gyan Asamoah n’aurait jamais dû terminer la rencontre.

Les Sénégalais en veulent encore à l’arbitre tunisien qui avait sifflé un coup franc imaginaire sur Yaya Touré, ce qui avait permis aux Ivoiriens d’ouvrir le score par Didier Drogba.

La rencontre remportée par la Côte-d’Ivoire, 2-0, n’ a pas été menée à terme. Des supporters avaient jeté des projectiles sur la pelouse et allumé des feux dans les tribunes.

Avant le match, des supporters sénégalais avaient pourtant appelé les dirigeants de la Fédération sénégalaise de football (FSF) à récuser Slim Jedidi comme l’avaient fait quelques semaines plus tôt, le TP Mazembé (RD Congo).

Ils sont allés jusqu’à initier une pétition pour forcer la main aux dirigeants qui ont préféré faire avec la bonne foi du sifflet tunisien.

Slim Jedidi est revenu à la charge ce mercredi soir à Nelspruit lors d’une demi-finale de la CAN. Mais le Burkina qui a protesté l’expulsion de son attaquant a réussi à trouver les ressources nécessaires pour se qualifier en finale pendant les tirs au but.

 

Source: AGENCE DE PRESSE SÉNÉGALAISE

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s