Hausse de l’aide des USA dans la lutte contre la faim

DOCUMENT

Kwesi Kumah, fermier à Kuntunso près de Techiman, scrutant un cajou. Avec le soutien agricole de l’USAID les fermiers ghanéens ont augmenté leurs récoltes.
Kwesi Kumah, fermier à Kuntunso près de Techiman, scrutant un cajou. Avec le soutien agricole de l'USAID les fermiers ghanéens ont augmenté leurs récoltes.
Kwesi Kumah, fermier à Kuntunso près de Techiman, scrutant un cajou. Avec le soutien agricole de l’USAID les fermiers ghanéens ont augmenté leurs récoltes.

Washington — Grâce à l’initiative « Feed the Future » (Initiative alimentaire pour l’avenir), les investissements du gouvernement des États-Unis dans la recherche pour la sécurité alimentaire mondiale ont plus que doublés, passant de 50 millions en 2008 à 120 millions de dollars en 2011, selon un rapport publié en octobre.

En outre, depuis trois ans, Feed the Future a nourri pratiquement 9 millions d’enfants à travers des programmes de nutrition, a aidé près de 2 millions de fermiers à adopter des technologies améliorées, et a encouragé les partenariats du secteur privé au bénéfice du domaine agricole. L’initiative vise à réduire de 20 % la pauvreté et le retard de croissance chez les enfants de moins de 5 ans dans les 19 pays ciblés d’ici à 2014, indique le rapport « Boosting Harvests, Fighting Poverty » (Stimuler les récoltes, lutter contre la pauvreté – PDF, 4 MB) publié par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), l’agence à la tête de l’initiative.

Le président Obama a établi Feed the Future en 2009 suite à un engagement de 3,5 milliards de dollars sur trois ans pour aider les pays pauvres à lutter contre la faim grâce au développement agricole. Les pays cibles de l’initiative ont été choisis en fonction du niveau de leurs besoins, des possibilités de partenariats et de coopération régionale, de leur potentiel de croissance agricole et de leurs ressources agricoles. Douze de ces pays sont en Afrique, quatre en Asie, et trois sont dans l’hémisphère occidental.

Le rapport montre une augmentation en 2012 par rapport à 2011 du nombre de ménages ruraux qui ont directement bénéficié de l’aide des États-Unis pour le développement agricole et du nombre de personnes et d’organisations qui ont appliqué des technologies nouvelles ou des pratiques de gestion après avoir reçu de l’aide des États-Unis. Les valeurs des prêts agricoles et ruraux ont également augmentées, indique le rapport.

Le rapport indique que d’ici 2014, jusqu’à 7 millions d’enfants et de femmes peuvent améliorer leur état nutritionnel à la suite des investissements des États-Unis en matière de sécurité alimentaire et de la coordination avec d’autres donateurs.

PARTENAIRES DE RECHERCHE

La stratégie de recherche de Feed the Future a été développée conjointement par l’USAID et le département de l’Agriculture des États-Unis avec des experts de l’Association des universités publiques et de terres concédées, qui comprend des universités américaines spécialisées dans l’agriculture.

La stratégie a ravivé les partenariats entre les universités américaines et les instituts de recherche dans les pays cibles. Par exemple, un partenariat entre l’Université de Californie à Riverside et l’Institut de recherche de l’environnement et de l’agriculture du Burkina Faso a développé des niébés résistants à la sécheresse avec la possibilité de multiplier les rendements des cultures en Afrique subsaharienne par dix.

Grâce à un autre partenariat, l’Université de l’Oregon aide actuellement des chercheurs au Cambodge et au Vietnam à développer un programme de gestion de l’aquaculture pour protéger les petits poissons dans la rivière du Mékong, une source de protéines pour les populations de la région.

L’Université de Floride et Michigan State University travaillent avec l’Agence brésilienne de coopération et l’Agence brésilienne de recherche agricole pour aider à améliorer la croissance agricole et la nutrition au Mozambique.

LA PRIORITÉ AUX FEMMES AGRICULTRICES

Une autre priorité de Feed the Future est la promotion des investissements qui autonomisent les femmes agricultrices. Par exemple, l’initiative travaille à renforcer les droits fonciers des femmes en Tanzanie et forme des femmes à cultiver des mangues et du cacao qui peuvent générer des revenus et réduire l’érosion des collines en Haïti.

En février, Feed the Future a rejoint l’Institut International de Recherche sur les Politiques Alimentaires (IFPRI) pour lancer l’indice de l’autonomisation des femmes dans l’agriculture. Cet indice est le premier outil pour mesurer le rôle croissant des femmes dans les prises de décision relatives à la production agricole et à la propriété des terres, ainsi que leur leadership au sein de leurs communautés et leur contrôle des revenus.

L’OBJECTIF POUR 2022

En mai 2012, les pays industrialisés du groupe des Huit, ainsi que les pays africains et les partenaires du secteur privé, ont lancé la Nouvelle alliance pour la sécurité alimentaire et la nutrition afin de sortir 50 millions de personnes de la pauvreté en Afrique d’ici 2022 grâce à une croissance agricole inclusive et durable. Le secteur privé a engagé 3 milliards de dollars dans cette nouvelle alliance.

« Tout le but du développement est de créer des conditions où l’assistance n’est plus nécessaire, où les gens ont la dignité et la fierté d’être auto-suffisants », a dit le président Obama lors du Colloque sur l’agriculture et la sécurité alimentaire mondiale à Washington le 18 mai.

Un webcast le 11 octobre avec Jonathan Shrier du département d’État et Greg Gottlieb de l’USAID a accompagné la publication du rapport.

L’indice de l’autonomisation des femmes dans l’agriculture est disponible sur le site Web de l’IFPRI.

Sce: USAID

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s